Livraison gratuite dès 100€ pour la France et la Belgique

Visitez la boutique
Logo Le Chou Brave
Logo Le Chou Brave

Manger de la viande rouge rend-il les hommes sexistes ?

Publié le : 29 septembre 2022Par

C’est la question que l’on peut se poser lorsque l’on découvre les résultats ahurissants d’une étude IFOP* dévoilée le 22 septembre dernier et révélant que plus les hommes aiment la viande rouge, plus ils sont sexistes.

L’IFOP, qui a réalisé cette enquête pour Darwin Nutrition – un média spécialisé dans l’alimentation – a demandé à plus de 2.000 hommes majeurs de leur parler de leur rapport à la viande, à la politique et au genre (1). Si manger quotidiennement de la viande rouge ne rend pas les hommes sexistes, il n’en demeure pas moins qu’un “régime alimentaire hyper-carné va de pair avec une vision ultra-conservatrice de la place de la femme”, révèle François Kraus, directeur du pôle Genre, sexualités et santé sexuelle de l’IFOP.

Système de pensée misogyne et consommation de viande rouge

L’étude met en exergue que les “viandards” (consommateurs quotidiens de viande rouge) adhèrent davantage aux stéréotypes sexistes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 47 % des hommes sondés consommant quotidiennement de la viande rouge trouvent « normal que la femme effectue plus d’activités ménagères que l’homme » au sein d’un couple.

Globalement, les consommateurs quotidiens de viande de bœuf semblent nettement plus imprégnés de stéréotypes sexistes que les hommes en ayant une consommation modérée.

Par exemple, 41 % des “viandards” arborent une vision traditionaliste de la famille en étant favorables à l’idée que « le travail d’un homme, c’est de gagner de l’argent, celui d’une femme de s’occuper de la maison et de la famille ». Un concept retenu pour seulement 12 % de ceux qui en mangent moins d’une fois par semaine.

Ils sont également nombreux à estimer normal qu’une femme mariée prenne le nom de son époux, qu’il serait embarrassant qu’elle prenne toujours le volant de la voiture, et 38 % estiment que “pour la séduire, un homme doit pouvoir être libre d’importuner une femme qui lui plaît”.

Pour certains hommes, ce système de pensée profondément misogyne dans sa vision des rapports de genre s’associe à un état d’esprit influencé par des discours identitaires valorisant ce symbole de force et de puissance.

Manger de la viande pour montrer que l’on est un homme viril

Au regard des résultats, la consommation intensive de viande rouge peut être interprétée comme “une volonté de faire genre” chez des hommes voyant dans l’ingestion d’une nourriture d’homme un moyen de remplir socialement leurs rôles de genre : leur logique étant qu’ils renforcent leur masculinité en ingérant les propriétés viriles d’un aliment encore très codés socialement comme masculin”, ajoute François Kraus.

La viande est sans doute l’aliment le plus chargé symboliquement, selon l’essayiste Nora Bouazzouni, autrice de Steaksisme : en finir avec le mythe de la végé et du viandard (éditions Nouriturfu). Dans une interview à l’ADN en 2021 (2), elle déclarait : “Manger de la viande, c’est asseoir sa domination sur la nature. Ça a longtemps été le produit de la chasse, en opposition à la cueillette. La viande symbolise donc l’action, la force, l’énergie – des caractéristiques attribuées aux hommes (…) “

Les résultats du sondage de l’IFOP vont plus loin en précisant que ces idées conservatrices vont de pair avec une idéologie politique de droite et d’extrême droite.

Viande rouge et extrême droite

L’enquête révèle que l’étiquette de “viandard” est un marqueur de droite. François Kraus confirme que “certains types d’hommes cumulent une surconsommation de produits carnés avec une adhésion à des idées de droite en parallèle des stéréotypes sexistes”.

En effet, 54 % des hommes s’autoqualifiant de “très viandards” se positionnent idéologiquement à droite ou à l’extrême droite, et 40% d’entre eux sont des consommateurs quotidiens de bœuf. Revendiquer son goût pour la viande est une forme de rejet d’un “politiquement correct alimentaire”, analyse le spécialiste.

“La viande rouge est, pour les plus droitards, incontestablement un marqueur de virilité, avec une volonté d’envoyer bouler le politiquement correct de l’alimentation”, poursuit le directeur de l’IFOP.

62 % des hommes ayant participé à cette enquête approuvent l’idée de “déviriliser” la consommation de viande cuite au barbecue. Mais globalement, les Français sont peu sensibles aux discours dénonçant les méfaits d’un régime hyper carné sur l’environnement et la santé.

Pourquoi les hommes ne mangent-ils pas de la viande végétale ?

Malgré des alternatives à la viande de plus en plus élaborées, la consommation de viande végétale peine à convaincre les hommes. Selon l’étude, seuls 30 % d’entre eux déclarent en consommer. De plus, ces derniers sont qualifiés d’”hommes soja” (soy boy) par les “mascu” pour : “se moquer des hommes ayant perdu leur puissance virile à force d’avaler des protéines végétales” déclare François Kraus dans son analyse.

Heureusement, 72 % des Français rejettent ce sobriquet, “conscients que l’usage de ce terme s’inscrit dans une volonté de dénigrement des aliments à connotation féminine” ajoute-t-il.

Avec seulement 1 % des hommes se déclarant végétarien et un dogme carniste encore très largement dominant, ce type de régime alimentaire chez les hommes risque malheureusement de persister encore pour un long moment.

* Étude IFOP pour Darwin Nutrition réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 5 au 7 septembre 2022 auprès d’un échantillon de 2033 hommes, représentatif de la population masculine française âgée de 18 ans et plus.

Nous suivre

Recevez nos meilleurs articles, des idées recette, nos interviews en avant-première, et ne ratez aucun événement.

Inscrivez-vous à notre infolettre !

Partager cet article

Avatar photo

À propos de l’auteur

Adrien Labro - Consultant et formateur, spécialisé dans l’accompagnement des coachs, thérapeutes et formateurs indépendants. Il les aide notamment à développer leur activité de manière éthique grâce au marketing digital. Il est également magnétiseur, passionné et engagé sur la voie de la recherche écologique, énergétique et spirituelle.

Commentaires

Afficher

3 Commentaires

  1. Lafon 30 septembre 2022 à 10 h 26 min-Répondre

    Je trouve votre article c’est impressionnant mon mari est très macho et il ne mange jamais de viande rouge donc arrêtez de faire des généralités à la noix sur 2033 hommes

    • Avatar photo
      Danny MARQUIS 30 septembre 2022 à 14 h 56 min-Répondre

      ooohhh comme vous m’avez fait rire.
      On trouvait leur “étude” intéressante. Et comme nous sommes curieux, on voulait voir la réaction de nos lecteurs.
      Et OUIIII bon sang de bois… nous sommes tous unique.

  2. Olivia Pelka 1 octobre 2022 à 14 h 45 min-Répondre

    Je vous en prie… ne commencez pas ça! Le discours féministe va déjà trop loin et la culpabilisation du masculin, de la masculinité, de la virilité, c’EST ASSEZ!

Laisser un commentaire

À lire aussi

L’urgence du lien

Par |24 novembre 2022|

Imaginez la Terre envahie par une ribambelle d’extraterrestres. Soudain, ils débarquent, c’est la panique. Ils n’ont pas l’air sympathique. Face au ciel, la Terre s’unit dans un gigantesque élan

Lire l'article

Soutenez le ChouBrave

Par vos dons et vos achats vous encouragez :
  • Un magazine indépendant
  • Du contenu toujours plus qualitatif
  • L’achat de matériel, notamment pour les reportages vidéos (lumières, caméras, etc.)
  • Nos déplacements
  • L’impression des flyers et autres supports de communication
  • L’élaboration de différents projets
Je visite la boutique
Je m’abonne
Je fais un don

Les plus populaires

1404, 2020

Des magazines OFFERTS

Par |14 avril 2020|

À vos côtés pour vous inspirer, vous soutenir et vous enthousiasmer, Le Chou Brave magazine met à votre disposition du contenu gratuit ! Découvrez les premiers numéros du mag'

Lire l'article

Interview avec Miguel Barthéléry

Par |4 mars 2016|

Le Chou Brave rencontre Miguel Barthéléry Miguel Barthéléry est Dr. en médecine moléculaire, Vegan et Crudivore. Il s'est intéressé de près à l'alimentation vivante comme outil puissant de prévention des

Lire l'article

Titre

Aller en haut